Auto-entrepreneur : est-ce obligatoire d’avoir un compte bancaire pro ?

Est-ce obligatoire d'ouvrir un compte pro en Auto-entrepreneur ? C'est une des premières questions qu'on se pose quand on crée sa micro-entreprise. Réponse et conseils de gestion bancaire dans cet article !
Auto-entrepreneur : compte bancaire pro

Le statut d’auto-entrepreneur (ou micro-entrepreneur) est particulier. Les obligations bancaires liées à ce statut sont, elles aussi, singulières. Parmi les questions qui reviennent souvent : Est-ce obligatoire d’ouvrir un compte professionnel quand on devient auto-entrepreneur ? Dans cet article, on répond à cette fameuse question, et on vous donne des détails sur la micro-entreprise.

Doit-on forcément avoir un compte pro en auto-entrepreneur ?


La réponse est simple : non ! Pour les auto-entrepreneurs, il n’est pas obligatoire d’ouvrir un compte bancaire professionnel. C’est le cas de toutes les entreprises individuelles. En revanche, le travailleur indépendant doit absolument avoir un compte en banque séparé de son compte courant personnel. Depuis le 1er janvier 2015, la loi indique en effet que l’auto-entrepreneur doit dédier un compte aux transactions qu’il réalise dans le cadre de son exercice. Sur ce compte, les seuls mouvements sont les entrées et sorties d’argent liées à l’activité auto-entreprise.

Une exception existe. Elle concerne les auto-entrepreneurs qui, pendant deux années de suite, réalisent un chiffre d’affaires annuel en-dessous de 10 000 euros. Ceux-ci n’ont pas l’obligation d’ouvrir un compte pro dédié. Mais même dans ce cas, on vous conseille vivement d’ouvrir un compte bancaire spécifique. Cette démarche vous aidera à vous y retrouver dans votre comptabilité d’entreprise.

💡 Bon à savoir : Après la création de l’auto-entreprise, le travailleur dispose de 12 mois pour ouvrir un compte dédié.

Comment créer une micro-entreprise ?

Quand on crée une micro-entreprise (anciennement auto-entreprise), l’ouverture d’un compte bancaire dédié n’est pas la seule obligation. La première obligation est de s’inscrire en auto-entrepreneur. Ce n’est qu’après cette étape que l’on obtient son matricule (numéro SIREN et SIRET).

Pour commencer, on crée l’entreprise grâce au formulaire officiel à retrouver sur le site autoentrepreneur.urssaf.fr. Il faut notamment préciser son identité, la nature de l’activité (activité commerciale, artisanale ou prestation de service), le numéro de matricule si on est déjà immatriculé en tant que travailleur indépendant… Quelques jours plus tard, on obtient son immatriculation SIRET par courrier. Puis on peut utiliser les services de l’Urssaf pour les auto-entrepreneurs, déclarer son CA en ligne, etc.

VOIR AUSSI : Quel logiciel de facturation auto entrepreneur choisir ?

Quelle différence entre micro-entreprise et entreprise ?

Des comptabilités différentes

Avec le statut d’auto-entrepreneur, les obligations sont moins importantes qu’avec un statut d’entreprise type SA, SAS, SARL, EURL…  Dès lors qu’un capital social entre en jeu, on est obligé de disposer d’un compte professionnel. L’auto-entrepreneur n’est, lui, pas forcé d’ouvrir un compte pro.

Autre différence, l’obligation de tenir une comptabilité d’entreprise pour les sociétés type EIRL, SA, SAS… mais pas pour les micro-entreprises.

Des obligations fiscales différentes

D’un point de vue fiscal, l’auto-entrepreneur n’est pas forcément soumis à la TVA. Contrairement aux autres professionnels, il facture donc sans TVA et n’a rien à déclarer. Si son CA dépasse un certain seuil, il peut facturer la taxe sur la valeur ajoutée. Les plafonds pour appliquer une TVA sont les suivants :

  • à partir de 85 800 € de CA lié à la vente de marchandises ;
  • à partir de 34 400 € de CA lié à des prestations de service.

En outre, grâce au prélèvement forfaitaire libératoire, le micro-entrepreneur a la possibilité de payer ses impôts sur le revenu en même temps que ses charges sociales. Ce paiement a lieu au moment de la déclaration de chiffre d’affaires.

Un régime simplifié mais des conditions strictes à respecter

Le régime simplifié de l’auto-entreprise facilite beaucoup de démarches. Ce statut allège considérablement les obligations comptables et fiscales. Mais pour conserver son statut auto-entrepreneur, il faut respecter certaines conditions. Par exemple, si la vente de marchandises engendre un chiffre d’affaires supérieur à 176 200 €, le régime auto-entrepreneur doit être modifié. Pour les prestations de service, le plafond est fixé à 72 600 € pour la période 2020/2023. Quand on dépasse ces seuils, on bascule vers le régime de l’entreprise individuelle (EIRL).

comptabilité auto-entrepreneur

Compte professionnel : quels sont les avantages et inconvénients ?

L’ouverture de compte particulier coûte généralement moins cher qu’un compte pro. Quand on démarre une activité, c’est la meilleure solution pour éviter les frais.

Mais lorsque l’on souscrit un contrat en banque pour un compte professionnel, on peut bénéficier de services supplémentaires. Des services qui facilitent la gestion de l’entreprise :

  • acquisition d’une carte bancaire professionnelle ;
  • encaissement via le site de la banque ;
  • suivi par un conseiller spécialisé ;
  • prêt d’un terminal de paiement…

Par ailleurs, sur un compte professionnel, les découverts autorisés sont souvent plus importants.

Où ouvrir son compte bancaire auto-entrepreneur ?

Toutes les banques sont en mesure d’ouvrir un compte professionnel ou, du moins, un compte dédié à une activité professionnelle. On peut donc toutes les principales banques traditionnelles : Banque Populaire, Crédit Agricole, BNP Paribas, Société Générale, LCL…

On peut ouvrir un compte chez les banques en ligne : Boursorama Banque, Hello Bank, Bforbank, Monabanq… Certaines compagnies d’assurance, comme Axa, proposent également des comptes en banque.

Et certaines banques sont même expertes en compte pro pour indépendants, comme Quonto, Shine, Blank ou N26. Notez que dans les banques 100€ en ligne, certaines options comme les chèques ou le dépôt d’argent liquide ne sont pas toujours disponibles.

Il est aussi possible d’ouvrir un compte professionnel en ligne sur Sogexia, une plateforme monétique à la pointe de la technologie qui propose une offre de compte sans banque pour interdit bancaire. En effet, l’ouverture d’un compte chez Sogexia ne nécessite aucune solvabilité ni de conditions financières particulières.

Si vous optez pour un compte Paypal, pensez à transférer vos gains sur le compte de votre société avant de les reverser sur votre compte particulier. L’avantage de Paypal, c’est que l’on peut vendre et acheter en France ou à l’étranger. En plus, avec Paypal pour professionnel, on bénéficie de services de gestion des litiges, d’analyse ou d’expédition qui simplifient la vie des entrepreneurs.

Pour résumer, peu contraintes et vous n’avez que l’embarras du choix !

banque en ligne micro-entreprise

VOIR AUSSI : Qu’est ce que l’assurance décennale auto entrepreneur ?

Conseils pour une bonne gestion en auto-entreprise

Comparez les offres avant d’ouvrir votre compte

Les frais d’ouverture de compte bancaire et les tarifs liés à la gestion varient en fonction des banques. Avant d’ouvrir votre compte, prenez le temps de comparer les grilles tarifaires des banques et assurances.

Un compte pro uniquement pour les transactions pro

Compte pro ou pas, le compte bancaire dédié à l’auto-entreprise ne s’utilise que pour les transactions en rapport avec l’activité :

  • encaissement des paiements correspondant aux factures auto-entrepreneur ;
  • paiement des charges auto-entrepreneur ;
  • dépenses professionnelles…

Ce compte en banque séparé peut aussi servir pour un micro credit sans justificatif ou un prêt professionnel. Mais pour un parfait suivi de vos finances, n’utilisez pas ce compte pour vos dépenses personnelles. Et pensez à y garder de l’argent pour payer la CFE (Cotisation Foncière des Entreprises), les charges et impôts si vous n’optez pas pour le prélèvement libératoire.

Choisissez le bon moment pour alimenter votre compte courant personnel

Si l’auto-entrepreneur ne doit pas tenir une comptabilité complexe, il doit tout de même tenir un journal de compte qui détaille toutes ses factures et ses encaissements. Une fois arrivé en fin de période (tous les trimestres pour le régime simplifié), il doit déclarer le montant de chiffres d’affaires l’URSSAF et payer ses cotisations.

L’idéal pour une gestion bancaire d’auto-entrepreneur simplifiée est de procéder la manière suivante :

  1. Vous déclarez l’intégralité de ce qui se trouve sur compte en banque (vous déclarer ainsi uniquement ce qui vous avez encaissé et non ce que vous avez facturé car il peut y avoir des délais de paiement);
  2. Vous obtenez ainsi le montant de vos cotisations (si vous avez signé votre mandat de paiement, elles seront prélevées automatiquement la fin du mois suivant);
  3. Vous faites immédiatement un virement du différentiel vers votre compte perso;
  4. À la fin du trimestre suivant, vous pouvez recommencer la même opération !

À noter que cette méthodologie de gestion fonctionne seulement si :

  • vous avez suffisamment d’argent disponible et que vous vous permettre d’attendre 3 mois pour vous verser une salaire. Dans le cas contraire, vous pouvez toujours vous faire un virement mensuel et noter ce que vous vous êtes déjà versé.
  • vous ne facturez pas encore la TVA (dans ce cas la gestion est légèrement plus complexe car vous devez prendre en compte et déclarer le différentiel de TVA collecté pour l’état et payé lors de vos frais).

Notez également qu’il est tout à fait possible aussi d’encaisser via paypal mais il faut transférer sur le compte pro et le déclarer avant de le reverser sur son compte perso.

Maintenant vous êtes incollable sur la question compte bancaire pour l’auto-entrepreneur. Il ne vous reste plus qu’à facturer vos clients et encaisser pour faire fructifier votre business !