Né en 1910 à Marsillargues (Hérault). Après des études de droit, il débute une carrière d'avocat en 1931 à Marseille.
Il adhère à la S.F.I.O. en 1933

Il s'engage dans la Résistance dès 1940, et devient le chef du réseau « Brutus ». Il est aussi membre du Comité exécutif du Parti socialiste clandestin et responsable du parti en zone Sud.

En 1944, à la Libération, il devient maire de Marseille mais il est battu aux municipales de 1945. L'année suivante il est élu député des Bouches-du-Rhône (il le sera jusqu'en 1958 puis de nouveau à partir de 1962). Il est nommé directeur du journal « Le Provençal » en 1951, puis reconquiert la mairie de Marseille en 1953.

Bien que s'opposant régulièrement à Guy Mollet au sein de la S.F.I.O., il participe au gouvernement de ce dernier en 1956, au poste de ministre de la France d'outre-mer : on lui doit la loi-cadre de juillet 1956 qui modifiait le statut des territoires de l'Union française et qui permettait aux populations d'Afrique noire de gérer leurs propres affaires.

1958 : il est battu aux législatives mais est élu sénateur l'année suivante. Il reconquiert son siège de député en 1962.

1964 : il se présente comme candidat de la S.F.I.O. aux présidentielles de 1965, et tente de rassembler les forces de gauche dans une « Grande fédération » ; mais son projet échoue, notamment en raison de l'hostilité de Guy Mollet et il retire sa candidature.

1969 : il est de nouveau candidat socialiste aux présidentielles, mais il n'obtient que 5 % des voix au 1er tour.

1971 : il soutient François Mitterrand lors du congrès d'Epinay et devient l'un de ses plus fidèles alliés.

En 1981, lorsque François Mitterrand accède au pouvoir, il devient ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation dans le gouvernement de Pierre Mauroy (ministre d'Etat).
Il sera ensuite ministre du Plan et de l'Aménagement du territoire dans celui de Laurent Fabius (1984-1986).

Gaston Defferre est décédé en 1986.

oOo