Auto-entrepreneur e-commerce : comment lancer son site de vente en ligne ?

Vous demandez quelles sont les étapes à suivre pour devenir un auto-entrepreneur en e-commerce ? Quels sont les avantages et inconvénients de ce statut pour lancer votre boutique en ligne ? On vous explique tout dans ce guide !
auto-entrepreneur e-commerce

Le e-commerce est devenu en quelques années un domaine très prolifique qui fait gagner des millions d’euros chaque année aux personnes qui le pratiquent. En effet, la vente en ligne est l’une des meilleures façons pour être auto-entrepreneur.

Mais savoir comment ouvrir une boutique en ligne n’est pas la seule chose que devez prendre en compte avant de vous lancer. Cependant, pour être un auto-entrepreneur en e-commerce il faut connaître tous les avantages et les inconvénients de cette démarche afin de savoir si elle vous convient ou non. Pour réaliser une auto-entreprise dans le e-commerce, vous devez suivre quelques étapes réglementaires et obligatoires.

Alors, quelles sont les étapes nécessaires pour la création d’une auto-entreprise de vente en ligne et quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Voici nos conseils pour lancer votre projet de boutique en ligne !

Quelles sont les étapes à suivre pour devenir auto-entrepreneur en e-commerce ?

Afin de créer une auto-entreprise de vente en ligne, il est obligatoire de suivre quelques étapes principales, parmi elles il faut :

  • faire le choix de la forme juridique de l’auto-entreprise : les e-commerçants choisissent le régime des micro-entreprises mais vous pouvez également choisir la forme juridique de la SARL ou de la SA, SAS, SASU, EURL ;
  • déclare rvotre auto-entreprise en transmettant à la chambre du commerce et de l’industrie de votre région un formulaire de micro-entrepreneur appelé POCMB ou vous pouvez tout simplement vous inscrire en ligne ;
  • l’auto-entrepreneur en e-commerce doit déclarer son auto-entreprise auprès du CNIL en remplissant un formulaire qui contient les informations nécessaires sur son activité de vente en ligne. Avant de déclarer son auto-entreprise, l’e-commerçant doit avoir les papiers d’immatriculation de l’entreprise ainsi que le numéro de SIRET ;
  • après ça, l’auto-entrepreneur doit obligatoirement souscrire à une assurance afin de le protéger des risques liés à l’activité de la vente en ligne comme la détérioration des produits et d’autres types d’accidents. En général, l’auto-entrepreneur en e-commerce utilise deux types d’assurances, l’assurance civile professionnelle ou l’assurance des locaux. Pour choisir la meilleure assurance, il est conseillé d’utiliser un comparateur d’assurances en ligne ou de prendre l’avis d’un professionnel ;
  • payer la cotisation foncière des entreprises à la fin de chaque année. Il faut noter que vous êtes épargné de payer cette cotisation de CFE après votre première année d’activité si votre chiffre d’affaires est inférieur à 5000 euros :
  • en temps qu’auto-entrepreneur, vous pouvez opter pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu calculé à partir de votre chiffre d’affaires ou vos recettes et qui comprend toutes vos cotisations et impôts ;
  • la dernière étape est de connaître vos obligations légales envers les consommateurs. Les deux principales obligations que doit respecter un e-commerçant sont le délai de rétraction et le délai de livraison.

Quels sont les avantages d’être un auto-entrepreneur en e-commerce ?

Le statut d’un auto-entrepreneur vous offre plusieurs avantages sur le plan économique et social.

Voici ci-dessous des avantages d’un auto-entrepreneur en e-commerce :

  • la facilité de création d’une auto-entreprise de e-commerce par rapport à la création d’une entreprise classique qui nécessite une lourde et longue démarche ;
  • la flexibilité du métier d’auto-entrepreneur vous permet de garder votre travail si vous êtes salarié et de faire votre vente en ligne en même temps ;
  • en tant que e-commerçant, vous bénéficiez de certains avantages fiscaux comme la franchise de TVA qui signifie que vous ne devez pas payer la TVA sur votre produit ce qui vous permet d’avoir des prix très compétitifs par rapport à vos concurrents ;
  • le site web de vente en ligne vous permet de promouvoir vos produits rapidement en touchant un plus grand public par rapport à une boutique classique.

Quels sont les inconvénients d’être un auto-entrepreneur en e-commerce ?

Comme tout autre domaine, la vente en ligne a certains inconvénients qu’il faut éviter. Voici ci-dessous une liste des inconvénients principaux d’un auto-entrepreneur en e-commerce :

  • la limitation du chiffre d’affaires : une auto-entreprise en e-commerce ne doit pas avoir un chiffre d’affaires qui dépasse les 175000 € ;
  • le paiement de plusieurs charges fiscales et sociales sur votre chiffre d’affaires et non pas sur le bénéfice seulement, ce qui diminue la rentabilité de la vente en ligne ;
  • contrairement aux autres statuts d’entrepreneurs, vous ne pouvez pas déduire vos frais de vos charges ce qui est très handicapant pour une activité de vente en ligne. Pour cette raison le régime de la micro entreprise est mieux adapté aux prestations de services ;
  • l’engagement personnel : si l’auto-entrepreneur a des dettes liées à son activité de vente en ligne, celles-ci peuvent être remboursées avec son patrimoine personnel malgré le fait qu’il ne soit pas lié au e-commerce.

La création d’une auto-entreprise dans l’e-commerce est une démarche qui nécessite des études approfondies avant de la réaliser.

Car malgré les nombreux avantages de l’activité de la vente en ligne, celle-ci garde quelques inconvénients qui pourraient rendre votre e-commerce moins rentable.

Vente en ligne : quelles sont les différences entre ecommerce classique et Dropshipping ?

Si vous voulez lancer votre boutique de vente ligne, vous hésitez pet être entre un site e-commerce et de Dropshipping. Pour les clients sur internet, il n’y a aucune différence puisqu’ils achètent des produits en ligne et se font livrer. Par contre, il y a un grande différence de gestion pour le e-commerçant dont voici les principales différences :

  • e-commerce : l’auto-entrepreneur gère ses stocks et l’expédition des produits. Il doit donc disposer d’un espace de stockage et d’une logistique. Il doit également investir dans des stocks avant de les proposer en vente sur site s’il souhaite être réactif au niveau des livraisons.
  • dropshipping : le gestionnaire du site se contente de générer des ventes. Il est donc principalement en charge du marketing. L’expédition est ensuite traitée par un fournisseur. Le gros avantage est qu’on peut démarrer très vite sans investir et sans les lourdes contraintes de gestion des stocks et d’envois qui prennent du temps et de l’argent. Le budget pour se lancer dans le dropshipping est donc très faible. On peut lancer facilement sa boutique avec shopify par exemple. Attention, la déclaration de TVA est obligatoire pour les produits importés.

Pour résumer, le dropshipping est idéal pour se lancer et tester un marché sans risques même si les marges sont inférieures. Une bonne solution est de lancer son site en dropshipping au départ et ensuite le transformer en e-commerce une fois qu’on a validé le business model avec des revenus réguliers. On peut alors transformer sa micro entreprise en véritable société avec un autre statut mieux adapté au e-commerce permettant de déduire vos frais (SARL, SAS, SASU, EURL…).