Comment devenir développeur web ou informatique freelance ?

Vous avez une expertise de développement web ou informatique et vous souhaitez devenir développeur freelance ? Voici tout ce que vous devez savoir pour vous lancer à votre compte et devenir indépendant !
développeur freelance

Depuis les années 2000, nous assistons à une mutation du marché du travail. En effet, selon l’INSEE, le nombre de travailleurs indépendants n’a fait que croître pour atteindre 3,1 millions en 2016. C’est notamment visible pour les professions du domaine tertiaire. On peut aisément constater que le phénomène s’amplifie davantage encore avec les perspectives de l’évolution web et de l’intelligence artificielle. Les entreprises, qui exigent de leur côté des compétences rares pour des projets très spécifiques, ont intérêt à faire appel à des travailleurs indépendants. La programmation informatique et le développement de sites et applications web sont des activités qui se prêtent tout particulièrement bien au statut de freelance. Comment se lancer en tant que développeur freelance ? À quoi dois-je penser ? Quelles démarches entamer et qui peut m’accompagner ? Bref, comment faire pour créer votre entreprise le plus simplement possible ? Voici un guide complet pour répondre à toute vos questions !

Devenir développeur freelance : les questions à se poser avant de se lancer

La première étape consiste à adopter une nouvelle approche, s’éloignant du monde du salariat et de ses principes limitant. Désormais, vous ne devrez votre réussite qu’à vous-même. Vous allez mener vos projets et développer votre activité. Pour cela, il est conseillé de définir un cadre, et d’anticiper votre transition dans ce nouvel univers du développeur freelance.

Identifier vos motivations et vos freins

Pourquoi souhaitez-vous devenir indépendant ? Etes vous sûr que cette solution vous conviendra durablement ? Si votre motivation réside dans la perspective d’une plus belle rémunération, veillez à ce que les autres aspects de ce modèle de travail le soit aussi. A titre d’exemple, il peut être difficile d’exercer en complète autonomie si vous aviez l’habitude qu’on vous indique les actions à entreprendre. Par ailleurs, vous serez tenu responsable de toutes les problématiques liées à votre structure et cela peut vous effrayer dans un premier temps. Vous pouvez aussi ressentir un besoin social, se traduisant par l’envie de communiquer avec des collègues.

De nombreux concepts ont été développés pour pallier ces potentiels freins (espaces de coworking, plateformes de mise en relation, formation et coaching…), encore faut-il savoir ce qui sera le plus challengeant pour vous !

Définir votre expertise de développeur

Il est évident que vous devez analyser les profils concurrents pour vous situer dans le paysage du travailleur indépendant en informatique. Sans nécessairement aller jusqu’au business plan, vous devez tout de même faire une étude de marché. Il s’agit de comprendre vos forces pour proposer des services cohérents et réalisables. S’il est important de maîtriser plusieurs langages de développement web et de programmation informatique, il faut aussi vous spécialiser dans un domaine spécifique afin que votre offre soit lisible pour vos prospects.

programmation informatique : les langages du développement web

Il vous faudra donc explorer la discipline qui concorde le mieux avec vos ambitions et votre personnalité, et qui vous permet d’être le plus efficace, parmi cette liste non exhaustive d’expertises de développeur web ou informatique :

  • le langage PHP
  • le langage JAVA
  • le langage Ruby
  • intégrateur HTML / CSS
  • développeur web et mobile (full stack)
  • développeur front-end (Angular 10)
  • développeur back-end
  • Développeur CMS
  • DevOps
  • UX ou UI designer
  • chef de projet technique / fonctionnel

Déterminer ses objectifs et définir sa stratégie

Evidemment, avant le début de votre activité, il est conseillé d’avoir une idée précise de vos objectifs à court-terme et à long-terme. Selon la typologie de clients avec lesquels vous souhaitez travailler, par exemple avec des grands comptes ou des PME, votre plan d’action ne sera pas le même. Ainsi, votre stratégie doit être définie pour répondre à vos objectifs. Recherchent-ils des compétences généralistes ou très spécialisés ? Mes compétences et mon TJM sont-ils compréhensibles pour mes futurs clients ?

Réfléchir à sa transition professionnelle : comment passer du monde salarial au monde entrepreneurial ?

Votre situation professionnelle doit être étudiée avant la concrétisation de votre projet de création, car elle constitue l’un des critères de choix du statut juridique. Si votre projet fait suite à un changement de conjoncture, vous pouvez être confronté à :

  • Une rupture conventionnelle : Celle-ci vous donne droit à des aides de Pôle Emploi et vous assure d’avoir un matelas de sécurité pour démarrer.
  • Une démission : Dans ce cas de figure, vous ne bénéficiez peut être pas de l’appui de Pôle Emploi. Un statut juridique permettant de percevoir rapidement un revenu sera à privilégier.
  • Un licenciement : Selon le motif invoqué, par exemple un licenciement économique, l’ancien salarié peut obtenir de l’aide pour faciliter sa réinsertion sur le marché du travail.

Ces différents scénarios de rupture d’un contrat de travail vous serviront à définir vos priorités et facilitera le rôle de conseil de votre accompagnant dans le cadre de votre création d’entreprise.

Les étapes pour créer sa structure juridique de développeur informatique indépendant

Avant le choix de votre statut juridique, la première étape consiste bien sûr à cadrer l’activité que vous souhaitez développer au sein de votre future entreprise. D’autres étapes sont ensuite nécessaires pour vérifier la viabilité du projet :

  • Établir un business plan pour analyser la rentabilité du projet.
  • Déterminer l’emplacement du siège social et/ou du local commercial nécessaires à l’activité.
  • Choisir une dénomination sociale (vérifier la disponibilité du nom auprès des organismes certifiés).
  • Établir les formations de création et d’immatriculation auprès du centre de formalités des entreprises.

Une fois le Kbis ou l’avis Insee reçus (selon la forme juridique choisie), la société est officiellement créée. Pour finaliser la création de la société, vous devrez :

  • Ouvrir le compte bancaire professionnel de la société.
  • Adhérer aux organismes sociaux et aux caisses de retraite.
  • Déclarer la création auprès de votre fournisseur d’énergie, de téléphone ou encore d’internet.
  • Souscrire à une assurance responsabilité professionnelle.
  • Se faire accompagner par un expert-comptable si nécessaire.

Nous vous conseillons d’évaluer les coûts que vous aurez à supporter lors du lancement de votre entreprise (la location de votre lieu de travail, le matériel nécessaire, les charges d’électricité…). Nous vous recommandons également d’anticiper votre futur chiffre d’affaires. Si votre situation est favorable au portage salarial, cela peut constituer une alternative à la création d’entreprise. Celle-ci se formalise par un contrat tripartite entre le salarié porté, la société de portage et l’entreprise cliente. Le travailleur indépendant bénéficie ainsi des avantages sociaux du salarié, en contrepartie d’une commission prélevée sur son chiffre d’affaires.

Choisir le bon statut juridique : étape essentielle de la création d’entreprise

statut juridique développeur freelance

Choisir le bon statut juridique permet de sécuriser votre activité, et protège par la même occasion votre vie personnelle. En effet, les particularités de chaque statut sont à étudier car celui-ci doit être adapté à vos besoins. Voici quelques quelques points à retenir :

Micro-entreprise

AvantagesInconvénients
Les charges sociales sont proportionnelles au chiffre d’affaires (si le CA est de 0, les charges seront de 0). C’est un statut simple permettant une tenue comptable minime, des avantage fiscaux (comme le prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu, en option) et sociaux. Jusqu’à un certain seuil, il n’y pas de TVA à déclarer.Le statut et le chiffre d’affaires sont limités, les responsabilités entières, et il n’y a pas la possibilité de se rembourser des frais professionnels.

EIRL (Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée)

AvantagesInconvénients
L’EIRL permet à l’entrepreneur individuel de protéger son patrimoine personnel en déposant une déclaration d’affectation du patrimoine d’EIRL. Il peut ainsi affecter une partie de son patrimoine seulement à son activité professionnelle et de protéger son patrimoine personnel. Ce statut peit se cumuler avec la micro-entreprise.L’EIRL doit obligatoirement tenir une comptabilité ce qui est le principal inconvénient par rapport à la miro-entreprise.

SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle)

AvantagesInconvénients
Ce statut permet une souplesse statutaire, il n’y pas de capital minimum requis, le président est assimilé-salarié et peut se verser des dividendes cumulables avec les aides Pôle Emploi. Le choix entre le régime à l’IR ou à l’IS est possible.Les statuts doivent être rédigés et un commissaire aux comptes doit être nommé (si dépassement des seuils), les taux de charges sociales sont élevés.

EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée)

AvantagesInconvénients
Vous devez être associé unique, mais disposez du choix de transformer votre entreprise en SARL pour accueillir des associés.Les dividendes sont assujettis aux charges sociales et le gérant ne peut être qu’une personne physique uniquement.

Portage salarial

AvantagesInconvénients
Vous déléguez toute la gestion administrative de votre activité et vous bénéficiez du statut salarié et des avantages sociaux qui vont avec. Vous avez aussi la possibilité de déclarer vos frais professionnels. Vous bénéficiez d’un accompagnement et d’un réseau.Les charges patronales et sociales sont déduites votre chiffre d’affaire, ainsi qu’un taux de gestion prélevé par la société de portage.

Pour plus de détails et obtenir une comparaison complète des statuts juridiques, rendez vous sur economie.gouv.fr qui prose un tableau comparatif très utile.

Déléguer gratuitement ses démarches administratives, c’est possible !

La création de votre statut juridique vous fait peur ? Pas de panique ! Il existe de sociétés comme L-Expert-Comptable.com qui est spécialisé dans l’accompagnement administratif des entrepreneurs et indépendants. Ils vous apportent le conseil nécessaire avant la création et nous procèdent aux démarches d’immatriculation de votre structure. L’objectif étant que vous lanciez votre activité rapidement et simplement. L’équipe vous accompagne aussi dans votre suivi comptable, en vous proposant un conseil illimité et des outils digitaux. Sans oublier que cette offre est sans engagement !

Les intervenants dans le processus de création d’entreprise

processus de création d'entreprise

APEC

l’APEC est une association française spécialiste de la mobilité professionnelle dont l’objectif est de prodiguer des conseils aux entreprises et aux cadres sur le sujet de l’emploi et des nouveaux arrivants sur le marché du travail. Des ateliers et des échanges sont organisés pour encourager l’entreprenariat. Par la suite, vous continuez d’être suivi à la fois par un votre consultant partenaire et par des réseaux experts dans la création-reprise d’entreprise pour valider et structurer votre projet de création de structure.

Expert-comptable

L’expert-comptable peut accompagner un porteur de projet du début jusqu’à la fin de sa vie d’entrepreneur. Il se situe comme le généraliste de l’entreprise.

En effet, sa formation complétée par un large champ de compétences pratiques lui confère un savoir-faire approfondi dans de nombreux domaines de l’entreprise, notamment :

  • la comptabilité
  • la gestion
  • la fiscalité de l’entreprise et de ses dirigeants
  • le régime social des dirigeants et de leurs salariés
  • le montage financier…

Par la suite, il pourra accompagner le créateur à toutes les étapes suivantes :

  • établissement du prévisionnel
  • recherche de financements
  • recherche d’aides
  • choix de la structure juridique
  • rédaction de statuts
  • choix des régimes fiscaux et sociaux
  • immatriculation de la structure

Nous vous proposons comme solution alternative d’explorer tous types de contenu par se rapportant à la création ou à la reprise d’entreprise. Il est probable qu’il existe des forums d’entrepreneurs qui ont pour but d’apporter conseils et réassurance aux membres de la communauté. D’autre part, vous pouvez vous documenter grâce à des podcasts, des salons ou encore des événements dédiés. Si vous souhaitez porter un regard plus clair sur l’environnement de votre potentielle activité, vous pouvez anticiper vos recherches par le biais de la documentation. Par la suite, vous pourrez donner l’occasion à un professionnel de confirmer vos premières intuitions.

Pôle Emploi

Pôle Emploi est un interlocuteur du service public au sein duquel des demandes et offres d’emploi sont centralisée. Votre inscription en tant que demandeur d’emploi vous accorde le droit de prétendre à certaines aides financières :

  • ARCE : (Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise) Il s’agit d’une aide accordée aux entrepreneurs qui sont au préalable éligibles à l’ARE. Le soutien financier s’opère en deux versements, le premier au moment de la création d’entreprise, et la seconde six mois après, correspondant à 45 % des allocations chômage qu’il vous reste à percevoir.
  • ARE : (Aide Retour à l’Emploi) est un revenu de remplacement versé par Pôle Emploi. Si vous envisagez de créer votre entreprise, sachez que, sous certaines conditions, vous pourrez continuer à bénéficier du versement de vos ARE. Sachez à ce sujet que cette aide est accessible quel que soit le statut juridique choisi. Par exemple il est tout à fait possible de cumuler ARE et statut d’auto-entrepreneur.
  • ACRE : (qui a remplacé l’ACCRE depuis le 1er janvier 2019) : vous permet de bénéficier d’une exonération de vos charges sociales (cotisations maladie, maternité, invalidité, décès, vieillesse et veuvage et allocations familiales) pendant la première année d’activité de votre entreprise.

Avocats et notaires

Les missions des avocats et notaires peuvent être exécutées en partenariat avec l’expert-comptable. Ils interviennent lors :

  • du choix de la structure juridique
  • de l’adaptation du régime matrimonial
  • de la rédaction des statuts de sociétés
  • de la rédaction de contrats commerciaux (bail commercial, contrat de franchise…) ou analyse critique de ceux-ci
  • de la rédaction de contrats de travail

Apprendre par soi-même

Nous vous proposons comme solution alternative d’explorer tous types de contenu par se rapportant à la création ou à la reprise d’entreprise. Il est probable qu’il existe des forums d’entrepreneurs qui ont pour but d’apporter conseils et réassurance aux membres de la communauté. D’autre part, vous pouvez vous documenter grâce à des podcasts, des salons ou encore des événements dédiés. Par la suite, vous pourrez donner l’occasion à un professionnel de confirmer vos premières intuitions.

Comment trouver des clients et développer son business ?

développer son business en freelance

Si vous choisissez de vous faire accompagner, votre activité bénéficiera de ces retombées et vos missions arriveront plus vite ! Il conviendra, pour cela, de répondre à certains préalables :

  • Fixer votre prix : Votre tarif s’apparentera à votre Taux Journalier Moyen ou TJM. Vous êtes désormais libre de définir le montant des prestations que vous facturez. Ce montant doit être fixé en fonction de votre expertise et de votre expérience. Pour vous faire une idée du marché, n’hésitez pas à comparer les tarifs proposés par des profils de freeelances similaires sur des plateformes comme Malt, Codeur ou encore 404Works. Notez également que votre tarif jour peut varier en fonction de la durée de la missions. Plus elle est courte et plus votre tarif jour sera élevé.
  • Trouver des clients : Vous pouvez vous tourner vers les SSII, spécialistes de la mise en relation entre prestataires et donneurs d’ordre. Elles peuvent vous faire bénéficier de leur carnet d’adresses, ce qui amorcera le développement de votre réseau. Le plus important est développer votre carnet d’adresse en étoffant votre réseau au fil de vos missions. Plus laisserez une bonne image et plus vous augmenterez vos chances d’obtenir de nouveaux contact par le biais du du bouche à oreille. Il est donc essentiel de veiller à la satisfaction de vos clients.
  • Gagner en visibilité : Pensez à vous inscrire sur des réseaux sociaux entre professionnels, vous serez davantage crédible auprès des clients qui vous recherchent. Cela permet aussi d’échanger avec de nouveaux contacts. Les plateformes de missions spécialisées comme Malt, Codeur ou 404Works sont très utiles pour gagnez en visibilité à condition d’avoir des bons avis. Soyer également actifs sur les réseaux sociaux LinkedIn et Twitter afin de démontrer votre expertise et de vous faire connaître.
  • Se former en continu : Vous pouvez vous perfectionner via les plateformes de formation afin d’être à la hauteur des attentes de vos clients. Il est essentiel d’être curieux et passionné pour exercer ce métier. Durant vos périodes d’inter mission, profitez de votre temps libre pour vous auto-former et faire de la R&D. De cette façon, vous ne vous ferez pas dépasser par les nouveaux arrivants sur le marché !

Pour obtenir encore plus de conseils et astuces pour vous lancez en développeur freelance, regardez cette vidéo :

Pour résumer, devenir développeur informatique indépendant est une aventure passionnante à condition d’être compétent, motivé et de se donner les moyens de réussir. L’essentiel est avant tout de se sentir prêt. Si c’est votre cas, à vous de jouer !