Quels sont les formats d’image numérique ? Liste et caractéristiques

Il existe de nombreux formats d'image numérique utilisés pour afficher et retravailler une image sur un ordinateur ou sur le web. Voici la liste des formats pour bien comprendre leurs spécificités.
formats image numérique

Une image peut être enregistrée dans différents formats sur un ordinateur ou pour être diffusée sur le web. Les formats de l’image numérique sont très divers. On les différencie en deux grandes catégories (matricielle ou vectorielle) qui sont des approches totalement différentes du traitement de l’image.

Les images matricielles (ou BitMap)

Une image matricielle, ou « carte de points » (de l’anglais bitmap), est une image constituée d’une matrice de points colorés. C’est-à-dire, constituée d’un tableau, d’une grille, où chaque case possède une couleur qui lui est propre et est considérée comme un point.

Les images BitMap peuvent être des dessins – peu de couleurs et des couleurs plates sans dégradés comme les bandes dessinées de Tintin – ou des photos qui nécessitent un plus grand nombre de couleurs pour représenter tous les dégradés que l’on trouve dans la nature.

L’histoire des formats d’images de type BitMap

À l’origine, il existait essentiellement le format Gif (Graphics Interchange Format) dont l’extension est .gif. C’est le format que la firme américaine Compuserve avait créé pour l’Apple II. Il n’est pas compressé et est codé en 8 bits donc limité à 256 couleurs. En 1984 est arrivé le Macintosh et son format MacPaint. Ensuite est arrivé le format Pict pour le Macintosh II qui était en couleur (extension pour le P.c. : .pct) et le format BitMap pour le P.c. (extension : .bmp). Ces trois formats n’étaient pas compressés et les images pesaient autant sur le disque dur qu’à l’écran.

Il est apparu ensuite, avec l’arrivée des disques optiques numériques, un format très particulier, celui des images numérisés par Kodak d’après des négatifs couleurs ou des diapositives et gravées sur cédérom, le format Pcd qui est un format de type pict donc non compressé de façon destructive. Il est codé en 32 bits et affiche des millions de couleurs.

Lorsque la photographie numérique s’est organisée, est apparu le format Jpeg (Joint photographic experts group) ce qui signifie à peu près le “groupe des experts photographes réunis” et dont l’extension est .jpg.

Ces experts ont défini une norme de compression d’images numériques qui respecte la qualité de l’image si on ne la compresse pas trop (qualité moyenne ou supérieure) ou la comprime très fortement mais en détruisant une partie des informations contenues sur la photo. Il est codé en 32 bits et affiche des millions de couleurs.

Aujourd’hui, le format jpeg est très utilisé pour les photographies sur Internet. Mais de nouveaux formats encore plus légers arrivent dans le but de favoriser une navigation toujours plus fluide et d’éviter de télécharger des images trop lourdes.

Les formats d’images matricielles utilisés aujourd’hui

Jpeg (Joint Photographic Expert Group)

C’est le format le plus courant (extension .jpg). On le rencontre sur Internet. Il occupe peu d’espace disque. C’est le format développé par les photographes pour transmettre des images de qualité photographique professionnelle. Il est libre de droits, gère les millions de couleurs mais il ne possède pas de palette couleur associée et donc les couleurs peuvent être différentes sur des machines et des systèmes différents.

Gif (Graphics Interchange Format)

On le rencontre aussi sur l’Internet (extension .gif). Il possède une palette de couleurs associée et occupe peu d’espace disque mais est limité à 256 couleurs. Il appartient à Compuserve © qui perçoit des droits d’utilisation.

Aujourd’hui, les images simples (comme les images des bandes dessinées) sont plus souvent enregistrées en format Gif. Ce format a été remis à la mode sur Internet grâce à sa capacité de gérer une couleur très particulière : la non-couleur ou la transparence.

Le format, le Gif89, permet aussi les animations. Ce sont les « gifs animés » que l’on trouve sur Internet. Il n’est pas compressé mais est généralement limité à 256 couleurs.

Png (Protable Network Graphic)

Les graphistes s’orientent vers ce format (extension Pc .png) qui est libre de droits. Avec ses 16 millions de couleurs, il permet un affichage très fidèle des images avec des fichiers de taille raisonnable. Il permet la compression sans perte de données et est particulièrement adapté pour les nuances et dégradés. C’est donc le meilleur format pour une image de qualité. À noter que comme le .gif, il supporte la transparence !

Tiff (Tagged Image File Format)

Les imprimeurs utilisent plutôt le format Tiff (Tagged Image File Format) dont l’extension est .tif. Il est utilisé parce qu’il restitue parfaitement les images et les photographies et bien qu’il puisse être compressé (compression LZW), il prend de la place sur le disque dur (on dit qu’il est lourd !). Il est codé en 32 bits et affiche des millions de couleurs.

Pour résumer

  • Pour le Web : le Jpeg (extension .jpg) et le Gif (extension .gif) et le Png (extension .png)
  • Pour archiver une photo en bonne qualité : le format Tiff
  • Pour archiver une photo dans une qualité moindre : le format Jpeg.

Les types d’images vectorielles

Une image vectorielle, est une image numérique composée d’objets géométriques individuels, des primitives géométriques, définis chacun par différents attributs et auxquels on peut appliquer différentes transformations.

Elles sont intéressante à plus d’un titre. Formées de courbes, elles définissent des formes sous forme d’équations qui, même pour des formes complexes, sont d’un poids plus léger que les description d’images matricielles.

Leur principal avantages est que, ces images peuvent être agrandies à volonté sans perdre de leur définition, étant définies par des équations mathématiques.

Les formats d’images vectorielles

SVG (Scalable Vector Graphics)

Le SVG est un nouveau format d’image de données vectoriel basé sur le XML. Ce format d’image vectorielle existe depuis 1999, mais il arrive a maturité et rencontre un grand succès en ce moment sur le web. Il présente l’avantage d’être très léger et de pouvoir s’afficher directement dans une page web car les navigateurs savent l’interpréter. Il est donc de bon usage d’afficher un logo et autres formes géométriques au format .svg. L’avantage est qu’il permet un affichage d’une qualité optimale sur toutes les résolutions d’écran y compris les écrans d’ordinateur ou de smartphones dernière génération de très haute définition (retina).

PS (PostScipt) / EPSF (Encapsulated PostScript File)

Le format Encapsulated PostScript (EPS) est un format d’image hybride vectoriel/matriciel créé par Adobe en langage PostScript (PS). Il permet de décrire des images qui peuvent être constituées d’objets vectoriels ou bitmap. Dans le milieu professionnel, le format EPS est très utilisé pour l’impression et à la retouche de photographies car il conserve toutes les qualités vectorielles. Ce format est principalement utilisé par le logiciel Illustrator de Adobe. L’extention des fichiers ESP est .eps. Il existe toutefois d’autres formats dérivés comme le format .ai du nom du logiciel Illustrator.

PSD (PhotoShop Document)

C’est un format propriétaire utilisé par le logiciel PhotoShop de Adobe, l’un des logiciels de retouche d’image les plus populaires. Le psd est un format de “travail” qui permet de juxtaposer différents calques d’images matricielles et vectorielles dans le but de créer une nouvelle composition. L’export dans un autre format matriciel permet ensuite de “figer” cette composition.

Flash

Le format Flash (.swf) est aussi un format d’animation ou d’image vectorielles. Il a connu un grand succès dans les années 2000 en raison de son poids optimisé pour des animations diffusées sur Internet (inférieur au .gif qui ne permet pas la compression). Aujourd’hui, il est progressivement abandonné car les développeurs préfèrent utiliser des formats d’animation plus légers basés sur des langages javascrit.

Comparaison matriciel vs vectoriel : quels avantages et inconvénients ?

Le gros avantages des images matricielles et qu’elles permettent de traiter des motifs complexes. L’inconvénient est qu’elles peuvent être lourdes et que leur résolution est figée. Autrement dit, plus vous voudrez agrandir une image matricielle et plus elle perdra en qualité car il manquera des pixels pour reconstituer un motif plus grand. une image matricielle perd donc en qualité quand on l’enregistrer et qu’on la modifie.

À contrario, la qualité des images vectorielles ne peut pas s’altérer, peu importe le logiciel et la résolution qu’on utilise pour les afficher. L’inconvénient est que certains formats sont propriétaires et nécessitent des logiciels payants pour pouvoir les afficher. Par ailleurs, il convient principalement aux motifs simples et géométriques pouvant être facilement transposés en une formule mathématique (un logo par exemple). Il n’est pas adaptés pour des motifs complexes comme une photographie.

Comment changer le format d’une image numérique ?

Certains logiciels reconnaissent des formats de fichiers spécifiques. Il convient donc d’enregistrer les images sous le format adéquat.

  • Aller sur Édition > Enregistrer sous… et choisir le format désiré dans la fenêtre Format.