Internet côté technique : comment fonctionne le Web ?

Le Web est le principal moyen de communication utilisé pour échanger et partager des informations. Mais comment fonctionne internet exactement ?
interet : world wide web

Quelle est la différence entre Internet et World Wide Web ?

Avant d’aller plus loin dans nos explications, il convient de bien faire la différence entre Internet et le web, car beaucoup de personne ont tendances à penser – à tort – que c’est la même chose.

Le World Wide Web (ou la Toile) est le réseau mondial de connexions. C’est un système hypertexte public fonctionnant sur Internet. Le Web permet de consulter, avec un navigateur, des pages accessibles sur des sites. L’image de la toile d’araignée vient des hyperliens qui lient les pages web entre elles.

Pour résumer, le World Wide Web (plus communément appelé Web), est donc le système qui permet de naviguer de pages en pages en cliquant sur des liens dans un navigateur. Internet quant à lui est le réseau, l’infrastructure.

Vous avez compris ? Sinon, ce sera plus clair avec les illustrations ci-dessous !

Le principe d’Internet

Internet est un réseau complexe de serveurs reliés par des connexions terrestres, sous-marines ou satellites. Il y a plusieurs services d’Internet dont nous allons essayer de traiter schématiquement. Ci-dessous, voici une représentation très simplifiée des serveurs et des connexions. À gauche et à droite deux ordinateurs personnels

Internet Monde
Le World Wide Web

C’est le plus simple : des pages en Html sont déposées sur des serveurs et les deux ordinateurs vont surfer dessus. En fonction du trafic et de l’encombrement des lignes, les chemins vont varier.

InternetMondeWWW1

Le courrier électronique

Le webMail

  1. Le courrier est envoyé par le premier ordinateur sur le serveur WebMail du fournisseur d’accès du second ordinateur.
  2. Celui-ci va se connecter et le consulter (il restera sur le serveur dans la limite de la capacité offerte).
InternetMondeCourrierWM

Le courrier par Post Office Protocol

  1. Un courrier est envoyé par le premier ordinateur à l’adresse de courrier électronique du second ordinateur. Ce courrier va être stocké sur le serveur de courrier du fournisseur d’accès du destinataire.
  2. Le second ordinateur va se connecter et relever son courrier. Il sera rapatrié sur l’ordinateur et généralement éffacé du serveur. Le destinataire pourra alors le consulter même hors connexion.

Comme toujours, le chemin d’accès pourra être étonnant :

InternetMondeCourrierWM3

La communication instantanée et le Peer to peer

Pour le Chat, le Chat audio, le Chat AV ou la téléphonie sur IP (exemple de Skype), le premier ordinateur va chercher à joindre les second via un serveur qui re-routera directement vers le second [passer sur l’image].

InternetMondeP2P2

La connexion au réseau internet et le débit

Pour être relié au réseau des réseaux, il faut que l’ordinateur soit relié à un fournisseur d’accès qui lui est relié à Internet.

On peut être relié soit en numérique par fibre optique (par le câble), par un accès numérique, par ADSL ou même par directement par satellite (cher). L’ADSL arrive sur un MoDem ADSL qui peut être relié à l’ordinateur en USB, en Ethernet ou en Wi-Fi. Au dé&but d’Internet, on pouvait aussi être relié en analogique par MoDem qui transforme les signaux numériques de l’ordinateur en signaux analogiques. La vitesse maximum des modems était de 56 kbits/s, c’est pourquoi ce mode connexion a été abandonné.

Le calcul du débit de connexion Internet

Le débit en kilobits par seconde ne signifie pas des kilooctets par seconde. Il faut diviser au minimum par 8 pour passer des bits aux octets.

C’est déjà un débit maximum dépendant de la qualité de la ligne. Si la ligne est « bruitée » par de mauvaise connexions avec la prise, des appareils téléphoniques, des fax ou autres dispositifs qui créent des parasites, ce débit sera plus faible.

De plus il faut considérer que lorsque l’on envoie des octets, le flux n’est pas continu dans un seul sens : il y a échange entre le serveur et l’ordinateur ce qui diminue encore le débit : les aller et retour ralentissent le débit.

Au final, le débit ne peut en aucun cas dépasser, en octets, le douzième du débit en bits.