Apple vs Epic Games : l’affrontement entre deux géants du digital

Le combat digital de la décennie ? C'est ce que le monde se dit sur l'affaire opposant les géants Apple et Epic Games. Survenu lors d'une mise à jour sur Fortnite, les deux firmes sont entrés en conflit judiciaire depuis quelques mois. Si vous n'avez pas suivi tous les détails de l'histoire, cet article est pour vous.

Après la publication de la décision de la Cour dans le procès opposant Epic Games à Apple App Store, la bataille juridique entre dans une nouvelle phase d’appels et d’injonction. Voici tout ce que vous devez savoir sur ce drame judiciaire.

Apple contre Epic Games : Quel est le point de départ du conflit ?

Depuis l’année dernière, les deux firmes sont pris dans une bataille juridique. L’élément déclencheur est la publication d’une mise à jour logicielle par Epic Games a. Cette mise à jour permettait aux joueurs d’éviter la commission de 30 % qu’Apple recevait sur chaque achat.

Le fondateur d’Epic Games Tim Sweeney a toujours dénoncé le fait qu’Apple recevait une part plus importante des recettes. Par conséquent, il a voulu mettre au point un système qui réduise les revenus. Il vise également à ce qu’Apple puisse percevoir de l’argent directement depuis App Store..

Epic a intentionnellement mis à jour les changements le 13 août 2020, avec leur jeu le plus populaire Fortnite. La société l’a proposé aux joueurs via les V-bucks, la monnaie du jeu. Il permet de bénéficier d’un prix réduit de 20% si les clients l’achetaient directement auprès d’Epic. Cette réduction n’était pas disponible si l’achat était effectué via les vitrines des magasins d’App Store. Cette manœuvre a permis aux joueurs de contourner le système de paiement de l’App Store. Les conséquences ont été visibles en quelques heures.

Apple n’a pas apprécié cette initiative d’Epic Games. Elle a donc décidé de profiter de son monopole et d’interdire Fornite sur l’App Store. Cette interdiction a empêché 116 millions de ses 360 millions de joueurs d’accéder aux mises à jour du jeu. Cette décision a déclenché la campagne #freefortnite et le début d’une bataille juridique entre les deux Apple et Epic Games. Le combat a un impact mondial, Epic Games ayant déposé des plaintes aux États-Unis, en Australie, au Royaume-Uni et maintenant dans les tribunaux européens.

A lire aussi : WWDC 2021 : résumé des moments forts de la keynote d’Apple

Comprendre l’affaire

Dans une interview accordée à CNN Business, M. Sweeney a mentionné qu’il leur a fallu près de sept mois pour planifier le plan d’action sous le nom de code « Project Liberty ». Ce que Sweeney appelle le plus grand pari de sa carrière comme une révolution numérique si Epic Games gagne le procès.

La société s’est préparée avec un procès de 60 pages et une vidéo qui parodie la publicité classique de « 1984 ».

L’affaire pourrait prendre des mois de procès pour aboutir, mais les procès américains montrent quelques progrès. La juge Yvonne Gonzalez Rogers a carrément refusé la demande d’Epic Games d’héberger Fornite sur iOS en attendant les procès. Elle a toutefois autorisé Epic à conserver ses comptes développés à des fins de maintenance.

A voir : L’importance de la communication digitale pour une entreprise

La bataille ne concerne-t-elle que Fortnite ?

Il est clair qu’il ne s’agit pas seulement de Fornite. Epic Games a fait preuve de génie en choisissant son jeu le plus vendu pour l’essai afin de forcer une réponse du géant de la technologie.

Tim Sweeney avait remis en question la nécessité de réduire de 30 % les revenus des boutiques numériques dès 2017. Bien qu’il s’agisse des taux standards universels et largement acceptés, Tim avait son mot à dire sur le sujet. Selon lui, « Il y a un énorme investissement dans le matériel, souvent vendu en dessous du coût, et des campagnes de marketing en large partenariat avec les éditeurs, mais qui ne s’étendait pas aux plateformes ouvertes comme les appareils mobiles et les ordinateurs personnels. Une partie du raisonnement qui a conduit à la création de l’Epic Games Store était de démontrer qu’Epic pouvait fonctionner avec une réduction de ses revenus (12 %). « 

Rate this post